CitizenZ

Blog Libre, Geek & Crypto

[SPORT - FOOTBALL] - Un titre mondial mérité ... et qui n'est pas dû au hasard

Rédigé par citizenz Aucun commentaire
Allez je me lâche et je change de thématique le temps d'un post. On passe des "geekeries" au sport et au foot, avec cette coupe du monde 2018 en Russie qui fut ÉNORME !

Pas loin d'une semaine après le titre mondial de la France en football, il me parait important de revenir - à froid - sur les prestations des principaux joueurs.
On a beaucoup polémiqué avant le mondial sur les capacités d'un tel tel, les manques d'un autre, la non sélection de celui-ci, etc.
Mais en fait : tous les ingrédients de la réussite étaient déjà là et il manquait très certainement le liant de tout cela : une joyeuse ambiance de copains qui ont décidé, à partir du match de l'Argentine, de se sacrifier les uns pour les autres.
La "patte" Deschamps étant passée par là, comme le disait le président de FFF en interview : "A la fin de la compétition, l'équipe de France était devenue imbattable".

Quels sont les joueurs qui ont participé à cette victoire ?

Attaquants
- Griezmann : une valeur sure, un potentiel déjà reconnu dans toute l'Europe, une aisance technique hors du commun. Il a monté en puissance au fur et à mesure des matchs pour être une sorte de "patron" de l'attaque. Intraitable sur pénalty... Et au final il y en a eu "beaucoup".
- Mbappé : Meilleur jeune du mondial (meilleur JOUEUR tout simplement ?) et talent mondial pour les 10 prochaines années minimum (sauf coup dur). Monsieur "37" peut voir très loin ! Je pense que nous avons le futur "CR7" en équipe de France, en plus "serein", un moins gros "melon" et en plus rapide. Plutôt une sorte d'hybride de Thierry Henry et de Ronaldo (le brésilien de 98).
- Giroud : dans l'ombre de ses coéquipiers. Seulement voila : sans lui l'équipe de France n'est pas la même et Deschamps l'a bien compris depuis longtemps. Et les autres nations l'ont aussi bien compris. Pour preuve cette vidéo qui "traine" sur Youtube ou on explique le positionnement et le travail "d’abatage" et de sape que propose Giroud, schéma et stats à l'appui. Impressionnant !
Point d'appui, relayeur : ce n'est plus un avant centre, c'est un pivot au basket. Il attire les défenseurs centraux pour mieux libérer Griezmann et Mbappe. Ce n'est pas lui qui marque les buts pendant cette coupe du monde. C'est lui qui les fait marquer ! La France n'aurait peut-être pas été championne du monde sans lui ! Je vous l'assure !

MILIEUX
- Pogba : une révélation dans ce mondial. Plus "stable", animateur de colonie de vacances, maitre technicien, cette hargne au ventre, il la transmet au reste du groupe... avec sa façon bien à lui, un peu fole, déroutante. J'ai été bluffé dans le documentaire de TF1. C'est lui qui harangue, qui est le patron du vestiaire ... pas dès les premiers matchs ... mais dès l'Argentine. Un but en finale, celui du 3-1 qui commencera à sceller le titre pour la France.
- Ngolo Kanté : aussi un travailleur de l'ombre, une fourmi "rouge", celle qui pique et qui mord ! Une véritable peste pour les adversaires au milieu. Un de ses partenaires de club disait : "Quand il est en forme, on a 90 % de chance de gagner !". Il enchaine les kilomètres au compteur, au service du collectif. C'est l'introverti du groupe. Le silencieux. "Il est petit, il est gentil..." comme le chante ses coéquipiers. Malgré tout, une petite finale pour des ennuis de santé. Une arme redoutable dans une équipe. Et comme le dirait ses coéquipiers. "Et il n'est même pas en sueur !", comme le découvraient encore avec étonnement ses coéquipiers dans le documentaire de TF1 !
- Steven Nzonzi : bluffant, notamment en finale en remplacement de Kanté. Avez-vous remarqué comment, petit à petit, la France a semblé reprendre le dessus sur un jeu croate jusque là vif et dangereux ? Était-ce le "début de la fin" pour les croate (fatigue ? moral ?) ou est-ce Nzonzi qui a su les faire déjouer grâce à sa faculté de récupération et à son physique ... surtout comparé à Kanté ! C'est la deuxième lame du milieu de l'EDF : quand un "petit - gentil" sors c'est un "grand-costaud" qui rentre. Les croates n'on pas su s'adapter.
- Matuidi : peut-être moins en vue ou "spectaculaire" que d'habitude... Mais une hargne et une fougue incroyable avec aussi, des kilomètres au compteur... et une "bouille" légendaire sur son semi K.O. !

ARRIÈRES
- Pavard : "il est sorti de nulle-part, je pense pas que vous le connaissez, etc." Et oui, c'est une des surprises du chef du sélectionneur. Out Mendy et Sidibé. Pas encore une vedette des lignes arrières avec encore du déchets et des erreurs qui peuvent couter cher, il aura surtout été l'un des artisans de la victoire contre l'Argentine. Plus que cela : son très beau but permet non seulement l'égalisation (après les seules 9 minutes du mondial où la France a été menée !) mais scelle également l'âme et l'esprit rebelle et guerrier d'une équipe qui deviendra "intouchable" comme l'ont dit certains journalistes étrangers. Plus qu'un but : une naissance !
- Hernandez : le meilleur latéral du mondial ! Plusieurs but de l'EDF viennent de son côté et de ses très belles montées. Fort sur l'homme, gros cavaleur et à l'aise dans les couloirs sur les phases offensives ! Chapeau !
- Varanne : c'est le patron de la défense ! c'est le Réal de Madrid en EDF ! Mur infranchissable et surtout aussi buteur ! Un grand !!!
- Umtiti : il monte en puissance depuis l'Euro en France où il avait du palier aux blessures de certains... Dans un style différent, il y a aussi du Varanne. Également buteur ... au meilleur des moments. Ca gentillesse (apparente...), ca joie de vivre (documentaire TF1) en font un leader d'ambiance. Il sent bon "le parfum de la victoire" !
- Tolisso : il n'était pas titulaire à part contre l'Uruguay. Il a fait de très bonnes rentrées, a pallié à l'absence de Matuidi. C'était bel et bien son rôle dans ce mondial : aider les titulaires quand il y en avait besoin. Aurait même pu marqué avec un brin de réussite supplémentaire.

GARDIEN
- Lloris : un des meilleurs gardiens de la compétitions. Des arrêts énormes ... et une énorme boulette en finale. C'est un capitaine courage, un peu "soft" voir light niveau meneur, mais cela était peut-être nécessaire pour canaliser la fougue de certains autres joueurs. C'est néanmoins lui qui cumule le plus d'expérience dans l'équipe et qui apporte cette "maturité".

SÉLECTIONNEUR
- Là, chapeau ! Arriver à "construire" une équipe aussi complémentaire et aussi équilibrée, et qui lui ressemble autant : bravo ! Le management a semblé cohérent de bout en bout (documentaire TF1) avec juste ce qu'il faut de discipline (les joueurs qui jouent au ping-pong et qui se font "engueuler"), de discours vrai (la séance vidéo où il dit à Mbappé qu'il n'a pas été bon niveau défense), de discours technique et de discours de "meneur d'hommes". Chef d'orchestre, technicien, un manager qui sait utiliser ces phrases et ces mots qui vous parlent, qui vont droit au "ciboulot" car ils évoquent des valeurs fortes, des souvenirs, des émotions et des objectifs...
Champion du monde en tant que joueur, champion du monde en tant qu'entraineur. Il y en aura peu dans l'histoire !
Un coaching toujours payant !

En résumé :
- des poules de qualif un peu poussives (niveau spectacle) mais peut-être un mal pour un bien... pour la suite de la compétition
- un acte fondateur contre l'Argentine (le plus "beau" match des bleus pour moi) avec un scénario incroyable et 7 buts !
- des 1/4 et 1/2 plutôt maitrisés (contre la Belgique, avec un but d'un défenseur central, je croyais revivre le titre de Marseille de 93)
- une finale injouable pour les croates quand l'EDF est aussi "tueuse" et réaliste que cela !

Le penalty en finale ?
J'ai beau regarder et regarder encore : la main du croate est réelle et visible. Elle est détachée du corps et fait changer le ballon de trajectoire. En analysant ainsi cette action, comme a pu le faire l'arbitre par l'intermédiaire de la VAR, il est normal que le penalty soit sifflé.

Un style peu alléchant de l'EDF ? C'est un jeu "moche" ?
En essayant d'être le plus objectif possible, je ne comprends pas ces critiques : 4 buts contre l'Argentine, 4 buts en finale (l'une des plus prolifique de l'histoire !), des arrêts de gardien spectaculaires, des chevauchées fantastiques à 37 km/h, des reprises de 1/2 volée en lucarne (Pavard), etc. Vous en voulez d'autres ?
L'Italie et surtout l'Allemagne n'ont jamais été champions du monde avec un jeu "à la brésilienne" ! C'est toute la maturité acquise par l'EDF : savoir jouer LE match qu'il faut... pour "la gagne" !

Oui : la France est championne du monde... et ce n'est certainement pas un hasard !
Fil RSS des articles de cette catégorie